Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

La chanson des Korrigans

Une légende raconte que jadis les korrigans faisaient l'objet d'une malédiction qui les contraignait à danser en rond autour des pierres levées en chantant toujours le même refrain :
Lundi, mardi, mercredi
lundi, mardi, mercredi ...

Une nuit un bossu qui habitait le village voisin observa l'étrange manège des korrigans. Lorsqu'ils arrivèrent à mercredi, il ne put s'empêcher de crier : jeudi, vendredi, samedi ...
Ravis de pouvoir continuer leur chanson, les korrigans reprirent en choeur :
lundi, mardi, mercredi,
jeudi, vendredi, samedi ...
Pour remercier l'aimable bossu, les korrigans lui donnèrent le choix de sa récompense : la richesse ou la beauté. Le bossu choisit la beauté car il en avait assez d'être regardé de travers à cause de sa bosse ; dès qu'il sortit du cercle de pierres il regarda son dos qui était aussi droit que celui des autres.
Le lendemain, chacun commenta l'étrange aventure du bossu qui avait perdu sa bosse. Sa taille désormais droite et élancée attestait à elle seule de sa rencontre avec de généreuses créatures. Toutefois,  cette bonne fortune suscita aussi l'envie d'un deuxième bossu qui était sournois et mesquin autant que le premier était plein de bonté envers tout le monde. Ce deuxième bossu guetta à son tour les korrigans qui dansaient et au moment où ils arrivaient au samedi, il sauta dans le cercle et s'écria : dimanche ! Il croyait ainsi faire plaisir aux korrigans et mériter une très belle récompense. Mais les korrigans n'étaient pas ravis du tout car le mot dimanche ne rimait pas du tout avec tous les autres jours de la semaine et rendait leur chanson bancale. Maussades ils se mirent çà chanter tout de même :
Lundi, mardi, mercredi,
jeudi, vendredi, samedi,
Dimanche !
Et comme ils n'avaient qu'une parole, ils demandèrent au bossu ce qu'il désirait comme récompense : la beauté ou la richesse. Le bossu, qui était très cupide mais qui était aussi assez sot, s'écria :
- Je désire ce que le premier bossu n'a pas obtenu !
Il croyait par ces mots obtenir la richesse ; il ne fut gratifié que d'une seconde bosse dans le dos, celle-là même dont le premier bossu n'avait pas voulu.

Le lendemain, tout le village fit des gorges chaudes en contemplant ce double bossu dont les korrigans avaient puni la maladresse et la cupidité. Cela donna au premier bossu - qui ne l'était plus - l'idée de retourner la nuit suivante dans la clairière des pierres levées là où se réunissaient les korrigans. Là, il observa les petits hommes qui chantaient  :
Lundi, mardi, mercredi
Jeudi, vendredi, samedi
Dimanche !
Avant qu'ils aient terminé leur refrain, il saut dans leur cercle en entonnant de bon coeur :
Et le dimanche aussi,
Et voilà la semaine finie !
Quelle joie pour les korrigans ! enfin leur chanson rimait et convenait mieux avec le reste. Aussi chantèrent-ils tous en choeur avec leur sauveur :
Lundi, mardi, mercredi,
Jeudi, vendredi, samedi,
Et le dimanche aussi,
Et voilà la semaine finie !

Et pour récompenser une nouvelle fois le bossu-sans-bosse, ils lui donnèrent en plus de la beauté, la richesse. Pour faire bonne mesure, ils lui confièrent en outre un plat merveilleux qui avait le pouvoir de se remplir de nourriture trois fois par jour. Et c'est ainsi que l'ex-bossu vécut le restant de sa vie beau et riche et à l'abri de la faim.
Comme c'était un homme généreux, il donna une part de sa richesse au deuxième doublement bossu.

(Extrait du livre : fées et elfes de Edouard Brasey)




16/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres