Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

les korrigans et la danse

C'est sûr que la lande bretonne est peuplée, beaucoup plus que l'on ne s'imagine... et pas que la lande, car ces petites créatures sont aussi habitants de marais, des bois et des maisons (et oui... ) mais ce qui est certain, et les histoires précédentes le prouvent, c'est que la danse est une des occupations favorites des korrigans. Les nuits de pleine lune, on entend dans les campagnes, le martèlement convulsif de leurs pieds cornus mêlés à leurs éclats de rire.
Le refrain des chansons qui accompagnent ces danses est constitué par la répétition des cinq premier jours de la semaine (vous savez cela maintenant !!) soit en breton dilun, dimeurzh, dimerc'her, diziou, ha digwener... en fait les dimanches consacrés au culte catholique, par eux tant haï,car responsable de les avoir  pourchassés, sont proscrits de leurs litanies.
Attention donc, pour les voyageurs qui s'attarderaient près du cercle de ces "redoutables danseurs" et prononceraient le mot interdit !!! ils seraient entraînés dans une si infernale et frénétique gigue qu'ils tomberaient, inanimés à bout de forces.
De toute manière, les hommes qui les ont rencontrés ne peuvent pas se rappeler le lendemain ce qu'ils ont subi car ils ont perdu le souvenir..
D'autres fois encore, de jeunes hommes, emportés dans le tourbillon des danses korriganes sont  retrouvés au petit matin errant en guenilles, sous l'aspect de pitoyables vieillards affaiblis. Le temps dans l'univers elfique s'écoule selon d'autres lois.
Seule trace au petit matin des rondes des korrigans, le cercle d'herbe brulée, qui marque sur le pré l'endroit où les korrils ont dansé !! 



26/02/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres