Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

La Dame Blanche

La Dame blanche est un fantôme qu'on rencontre souvent dans les légendes. En général les Dames blanches sont très souvent "gentilles", elles s'occupent des enfants et aident les vivants. Ce n'est que de manière exceptionnelle qu'elles commettent un acte terrible. Elles sont dans chaque pays, dans tous les lieux et beaucoup d'histoires la rapportent près des routes et des virages dangereux. Comme les Banshies, les Dames Blanches sont aussi messagères de mort et de catastrophes.
Ce sont les créatures alchimiques de la matière imaginaire, elles sont les alliances subtiles des émanations de la forêt, des soupirs de l'eau et des vapeurs humaines. Saluées par le chant des grenouilles, elles remontent le long des autels creux des chênes séculaires, des fontaines sacrées où bruissent encore les échos d'anciennes prières. Accrochées aux fuseaux des rayons, elles s'étirent des limbes de pénitence, d'une roche sanglante, d'un songe. A la garde-robe des Fées, elles empruntent des voiles de peine ou des souliers dansants et, l'espace d'un minuit, font et refont les gestes d'une histoire secrète et enfouie dont se souvient la mémoire d'un hibou.
Les habitants de Pouancé voient régulièrement une femme vêtue de blanc qui s'élève comme une vapeur légère, un doigt posé sur les lèvres. Elle soupire et plane au-dessus des remparts ruinés du château. C'est le spectre d'une noble dame séquestrée et emmurée par un mari jaloux dans une des salles souterraines de la forteresse.
Depuis sept siècles, la Dame Blanche du Pflixbourg hante la forteresse dominant la basse vallée de la fecht. Elle glisse à ras du sol dans sa longue robe neigeuse dont les voiles flottent au vent ; et pleure en cherchant ses enfants enlevés dans le jardin, en plein midi, par un aigle qui les a ensuite laissés tomber sur les rochers de la montagne du lac blanc.
Certaines de ces pâles créatures gardent des trésors comme des pénitences.
Une femme blanche se penche, la nuit, au-dessus des créneaux du château de Montafilant, près de Corseul, en haute Bretagne, avant de disparaître dans les souterrains d'où on l'entend compter des pièces d'or et pleurer. Cette ombre diaphane est celle d'une dame de la maison de Dinan que son écuyer vendit pour une forte récompense « sonnante et trébuchante », et elle revient ainsi réclamer à ce serviteur félon le prix qu'il a reçu pour sa trahison.



05/08/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres