Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

Dagda

Dagda (Eochaid Ollathair) connu en tant que "dieu bon" ou " seigneur des cieux," était l'un des grands rois du Tuatha Dé Danann et le dieu irlandais de la fertilité, de la terre et l'abondance mais aussi des traités et le seigneur qui régnait sur la vie et la mort. Le dieu celtique Dagda porte quatre noms ou surnoms dans la mythologie irlandaise : Dagda (« dieu bon »), Eochaid (ivo-katu-s, « qui combat par l'if », par allusion aux usages magiques de ce bois), Ollathir (« père puissant ») et Ruadh Rofhessa ( « rouge de la grande science »).

Vêtu d'une simple tunique à capuchon il est décrit comme ventripotent et semblait peu séduisant. C'était toutefois un guerrier effrayant doté d'une force surhumaine.

Il connaissait un grand nombre de sortilèges capables de ramener les morts à la vie. C'est pourquoi il était considéré comme le patron des druides mais il avait aussi quelques objets magiques.

Ses attributs :

❖ Son arme favorite était une massue tellement lourde qu'elle était montée sur roues. D'un seul coup, il pouvait tuer neuf ennemis. Elle était si lourde qu'il fallait huit hommes pour la porter et quand on la trainait sur le sol elle laissait un profond sillon capable servir de frontière entre deux mondes. Mais c'était une massue magique dont l'autre extrémité pouvait ressusciter les morts.

❖ D'un autre côté, il était le dieu des arts, de la connaissance, de la magie, et de la musique. Il possédait aussi une harpe qui portait le nom de Dur-Dabla ou Coir Cethar Chuir avec laquelle il faisait changer les saisons.

❖ Un chaudron magique qui était un approvisionnement inépuisable en nourriture et constituait aussi un moyen de résurrection.

❖ Il est aussi associé à la roue, attribut à caractère solaire, qu'on retrouve en Gaule associé à Taranis. Cette roue à 8 rayons est bien entendu magique. Celui qui l’entend devient sourd, celui qui la voit devient aveugle et celui sur lequel elle tombe meurt sur le coup.

❖ il avait quatre grands palais sous les collines creuses. Il avait pour résidence le Brug na Boinne ou « hôtel de la Boyne », localisé dans le tumulus protohistorique de Newgrange. Dans un bref récit on raconte comment son fils, Oengus, l'en déposséda par une ruse juridique : il en demanda le prêt pour un jour et une nuit. Mais un jour et une nuit sont le symbole de l'éternité et l'appropriation fut définitive.

Ses enfants les plus connus sont : Brigit, Angus, Midir, Ogma et Bodb le rouge.

 

Il est le « dieu-druide », le dieu du Contrat, de l'Amitié, de tout ce qui est clair, réglé, ordonné. Il est le maître du temps — chronologique et atmosphérique —, des éléments ; dieu sage et dieu guerrier, il est aussi le maître de l'Autre Monde. Il a pour fille Brigit (« Minerve ») et pour fils Oengus (« choix unique »), appelé aussi le Mac Oc (« fils jeune »). Oengus est né des amours adultères du Dagda avec Boand (bo vinda, « vache blanche »), épouse de son frère Elcmar (autre nom d'Ogme) et éponyme de la Boyne. Dans le récit du Cath Maighe Tuireadh (« bataille de Moytura »), le Dagda a trois ou quatre mésaventures, mais c'est lui qui, avec Lug et Ogme, organise la guerre victorieuse des Túatha Dé Dánann contre les Fomoire. Il se contente cependant de s'unir à son épouse, la Mórrigan (« Grande Reine ») ou la Bodb (« Corneille »), qui est la déesse de la Guerre.

dagda_gaudenzi.jpg



13/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres