Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

Chapitre 4(B) - un cours particulier

Un cours particulier

 

 

Peu avant 18h30, Lena se dirigea vers le bureau du professeur Snape. Elle frappa trois coups assez discrètement, la porte s'ouvrit aussitôt comme s'il avait deviné qu'elle était derrière.

Il s'effaça pour la laisser entrer. Lugubre ce bureau, sombre avec ses étagères garnies de bocaux contenant d'immondes créatures ;  quel endroit pour travailler ! Au moins le feu brûlait dans la cheminée donnant une atmosphère moins froide et humide que dans la salle de cours.

-    Asseyez-vous, dit-il en lui désignant une chaise en face de son bureau. Lui-même s'assit directement sur le dit bureau, croisant ses jambes sous sa robe noire de sorcier.

-         Miss Bramble, pour commencer les leçons, je voudrais évaluer un peu mieux vos connaissances des plantes  et justement des plantes toxiques. Vous m'avez étonné cet après-midi avec votre exposé sur la belladone, quelles autres plantes pouvez-vous citer et connaissez-vous leurs effets ?

Lena se concentra et commença à énumérer :

-         Dans les plantes toxiques mortelles je pourrais vous citer l'aconit-napel, extrêmement dangereuse qui entraîne la mort pour une très faible dose, je crois que le seul fait de cueillir la plante peut se révéler dangereuse ; la grande cigüe, également très toxique car quelques grammes de ses fruits verts vont provoquer des vertiges, des convulsions et la mort rapidement ; la digitale également peut entrer dans cette catégorie, mais employée à faible dose, comme la belladone, elle est utilisée pour soigner les désordres cardiaques ; la jusquiame est aussi toxique mais a été utilisée, à condition de n'employer que quelques gouttes, en pratique hallucinogène, je crois qu'elle a même servi dans les rituels de sorcellerie pour faciliter le passage dans les univers démoniaques (par exemple lors de sabbat) ; l'if commun est pareillement dangereux car toute la plante est toxique, et ses feuilles âgées, séchées le sont encore plus que les feuilles vertes, l'ingestion provoque un ralentissement du coeur et la mort survient assez rapidement. Il existe d'autres plantes dites dangereuses et avec lesquelles il faut être prudent, comme le suc des euphorbes, le gui, mais aussi le muguet par exemple. Voilà à peu près tout ce que je sais.

Snape ne l'avait pas interrompu une seule fois, il l'écoutait caressant légèrement sa lèvre inférieure de son index.

-        Bien, Miss Bramble... 

-        Pardonnez-moi, Monsieur, mais ne serait-ce pas plus simple puisque je vais devenir votre élève, de m'appeler Lena ?

-      Je n'ai pas l'habitude d'appeler mes élèves par leurs prénoms, répliqua-t-il d'un ton très sec.

-       Je vous prie de m'excuser, je l'ignorais, répondit Lena qui avait pâli.

Le maître des potions la dévisagea quelques secondes, notant son air démoralisé.

-     Mais je ne voudrais pas que vous pensiez que je fais de la discrimination après tout vous êtes aussi enseignante à Poudlard, n'est-ce pas... Lena ?

Lena leva la tête et vit une sorte de sourire amusé sur les lèvres de son professeur qui la fixait intensément. Elle baissa les yeux, quelque peu embarrassée.

-         Pour la connaissance des plantes, reprit-il sur un ton neutre, je vois que vous avez de bonnes bases, vous connaissez bien leur toxicité. Votre père vous a-t-il également enseigné le moyen  de combattre leurs effets ?

-   Pour certaines, oui, lorsque c'est possible. Dans notre monde, on ne transplane pas et une ambulance mettra beaucoup de temps pour arriver sur les lieux pour soigner une personne. C'est pourquoi mes parents sont morts, ajouta-t-elle d'une voix faible, ils n'ont pas été secourus à temps, l'ambulance était retardée par la circulation automobile. C'était trop tard. Vous comprenez, Monsieur, pourquoi je veux étudier vos méthodes ? dit-elle d'une voix plus assurée en fixant Snape dans les yeux.

Il hocha la tête sans rien répliquer, son index replié toujours posé sur sa lèvre, lui donnant un air soucieux.

-     Je comprends, finit-il par articuler. Et que voulez-vous que je vous enseigne plus particulièrement ?

-      Tout ce qui pourra m'aider à sauver mes proches, mes connaissances .

-      Quand vous serez retournée dans le monde moldu ?

-       Oui, ici je ne servirai à rien.

-     A rien ? Et vous pensez que le succès du spectacle d'avant-hier n'a pas été dû à tous les trésors de patience et d'ingéniosité que vous avez déployés pour arriver à motiver des élèves, à leur donner envie de réaliser ce que vous aviez conçu ? Son ton était presque celui de la colère.

Lena s'empourpra et puis sur un ton qui se voulait détaché répliqua :

-         Oui, sans doute, mais il n'y aura pas un spectacle à préparer chaque année non plus.

-       Non, mais il y a des élèves qui ont cru en vous, qui vous ont suivi, ajouta-t-il et après quelques secondes de silence : Et là, je vous envie, vous savez convaincre, je vous l'ai déjà dit ; c'est même plus que cela, vous savez vous faire aimer ! Ces derniers mots étaient presque murmurés et on sentait une grande tristesse dans sa voix.

Un silence. Puis Lena dit très doucement :

-       Pour se faire aimer, il faut s'aimer soi-même.

 

Severus tressaillit ; un autre long silence s'installa dans la pièce, puis ce fut lui qui le rompit :

-     Facile pour vous ! Vous êtes une jeune femme au physique agréable, mais comment se supporter quand on est laid ?

-       Laid ? mais c'est faux ! s'écria Lena

-       Vous n'allez pas prétendre que je suis beau quand même ! dit Snape avec un rire sardonique, ou alors je croirais que votre vue pose des problèmes graves !

-        Je n'ai pas dit ça mais je n'aime pas non plus les hommes au visage parfait, ils me font penser aux...  statues... en fait j'aime les visages ... intéressants.

Severus haussa un sourcil interrogateur.

-       Et qu'entendez-vous par « intéressants » ?

-    Un visage dans lequel se reflète une personnalité, un visage qui vit ou qui a vécu.

-    Hum, hum. Moi je n'ai entendu que des qualificatifs de « nez crochu », « allure d'araignée »

-      Araignée ? j'aurais plutôt dit une chauve-souris à cause de votre cape qui vole derrière vous, dit Lena avec un sourire... mais c'est très utile une chauve-souris se dépêcha-t-elle d'ajouter pour rattraper ses propos qui auraient pu être blessants. Quant à vous appeler « araignée » je suppose qu'on vous nommait ainsi quand vous étiez adolescent ?

-         Exact.

-   Normal, les adolescents sont souvent tout en bras et en jambes, leur croissance se faisant par à coups.

-         Maigrichon, rabougri.

-         Vous n'avez pas été  traité de « sac d'os » au moins ! Moi, j'y ai eu droit !

-         Vous ?

-    Oui, étant adolescente, alors que mes camarades étaient belles et épanouies, je ressemblais à un petit chat écorché. Sac d'os et d'autres qualificatifs encore bien pire, l'injure fatale pour une jeune fille...

Severus haussa les sourcils de manière interrogative. "Ah ?"

-         « Planche à pain » murmura Lena

Manifestement Snape ne captait pas ce que voulait dire ce qualificatif car il eut l'air très étonné.

-       Enfin, dit-il, vous au moins vous vous êtes transformée en une jeune femme agréable, pas comme moi,  toujours le même nez crochu.

-       Je dirais plutôt, un nez aquilin. Pensez à un aigle ! C'est majestueux et noble un profil d'aigle

Severus la regarda, sidéré, jamais on ne lui avait fait un tel compliment. Même Lily se moquait de son « nez crochu » quelquefois.

-         Vous êtes très indulgente.... et des cheveux gras ça vous fait penser à quoi ? dit-il ironiquement.

-         A rien d'autre, sinon qu'il faut soigner ses cheveux ! Vous n'avez jamais testé une de vos fameuses potions ?

-         Non !  franchement, je ne vois pas ce que je pourrais préparer, s'exclama-t-il.

-         Dans mon monde moldu, nous soignons nos cheveux avec des lotions et je sais en préparer quelques unes pour moi-même (mais mes cheveux ne sont pas gras, ils ont au contraire tendance à être trop secs). J'utilise beaucoup les huiles essentielles, vous connaissez aussi ces substances, je suppose ?

-         Plus ou moins, cela dépend de quelle plante elles sont issues et ce que vous voulez en faire comme usage.

-        Je pensais aux huiles de cèdre, de romarin, de thym blanc, qui ajoutées dans une lotion pourrait atténuer cet effet de « cheveux gras » dont vous vous plaignez. Je peux demander à mes parents adoptifs de m'en envoyer... si vous acceptiez de les utiliser, naturellement ?

Severus sourit légèrement, ce qui changeait du tout au tout la physionomie de son visage et le rendait beaucoup plus jeune.

-       Je suis très sceptique quant aux résultats...

-         Et bien nous verrons à l'usage ! Demain, je vais envoyer un hibou de l'école pour leur porter mon message.

A ce moment, on frappa à la porte. Le professeur Snape fronça les sourcils et demanda d'une voix forte :

-         Oui, qui est-ce ?

-       Minerva McGonagall ! Je viens vous chercher, je crois que vous avez oublié le souper !

Lena releva sa manche pour consulter sa montre alors que Snape regardait le sablier posé près de son bureau ; effectivement il était déjà 20h15 et le repas devait être largement entamé.

Ils se regardèrent l'un et l'autre embarrassés, ils n'avaient pas vu le temps s'écouler.

Le professeur Snape sauta de son bureau alla prendre sa cape ; il alla ouvrir la porte du bureau et s'excusa :

-         Désolé Minerva, j'ai oublié l'heure, nous étions pris par ...notre travail !

-     Alors dépêchez-vous de vous rendre dans la Grande Salle si vous voulez avoir des restes de repas. Je me suis inquiétée de ne pas voir Lena et un des élèves m'a dit qu'elle prenait des cours de potions avec vous, c'est ainsi que je suis venue vous chercher.

Ils se hâtèrent de remonter les escaliers qui menaient aux cachots pour se rendre dans la Grande Salle où  peu d'élèves et de professeurs étaient encore présents.

Le professeur Mc Gonagall les fit asseoir à une table et fit un signe pour commander leur repas.

Ils mangèrent vite, sans parler. Lorsqu'ils arrivèrent au dessert, la grande salle était pratiquement déserte ; les professeurs avaient accompagnés leurs élèves ou étaient dans leurs appartements.

Snape regarda Lena et dit abruptement :

-        Et dans vos remèdes moldus, vous n'auriez pas quelque chose pour le teint blafard dont on me qualifie sans cesse ?

Lena faillit éclater de rire, mais se retint à temps.

-    Professeur, si vous sortiez un peu de votre cachot et alliez prendre l'air dehors, je pense que votre teint deviendrait plus... hâlé... enfin, ce que je dis est un conseil de Lena. Un sourire malicieux s'étira sur ses lèvres.

Snape la regarda sérieusement, longuement, de ses yeux noirs comme la nuit. « Aïe, » pensa Lena qui avait peur qu'il ne s'emporte brusquement comme il avait trop coutume de le faire. Mais il hocha la tête :

-         Sortir  plus souvent ? Mais pour aller OÚ ? dit-il en se penchant vers elle

-         Vous promenez , dehors, dans le parc,  aller dans la forêt ?

-         Dans la forêt Interdite ?

-         Ah oui, c'est vrai  j'avais oublié... mais TOUTE la forêt est-elle interdite ? On ne peut pas y entrer un peu, au bord pour y cueillir des plantes, des champignons ?

-        C'est bien une idée moldue ça, cueillir des champignons, dit-il avec un demi-sourire qui étirait ses lèvres minces.

-         Normal, JE suis une Moldue .

-         Cueillir des champignons ! Et que voulez-vous en faire ?

-         Les manger, s'exclama Lena, enfin pas les toxiques !

-     J'espère que vous êtes calée dans la connaissance des champignons, je n'aimerais pas m'empoisonner ! Pour ma part je les réserve comme ingrédients de préparation de mes potions. Au prochain cours, et cette fois nous devrons VRAIMENT travailler, dit-il en plantant son regard dans le sien,  je vous enseignerai l'emploi de ces champignons que nous irons cueillir, un jour, puisque vous semblez y tenir.

-         C'est vrai ? Vous m'accompagnerez ? dit Lena ravie

-      Dans la forêt Interdite il vaut mieux que je sois avec vous, au moins ma magie pourra vous être utile en cas de mauvaises rencontres.

-    Quelles mauvaises rencontres ? Que voit-on dans cette forêt ? Des araignées énormes ? Lena frissonna avec  une grimace de dégoût

-      Par exemple et d'autres créatures peu sympathiques qu'il vaut mieux éviter. Nous ne sommes pas Hagrid ! Mais vous avez beaucoup moins envie d'y aller maintenant, dit-il narquois.

-      Non, je n'aurai pas peur puisque vous serez là pour me protéger avec votre magie,  dit Lena d'un air faussement innocent.

-       Toujours la réponse à tout, Miss Bramble !

Si les professeurs étaient restés dans la salle, ils auraient eu la surprise de leur vie : le maître des potions quasiment en train de plaisanter avec la jeune professeur de danses !

 

Le soir, dans sa chambre, Lena se remémorait sa journée :

-         Pfff .... ça c'est bien passé, il n'est pas entré dans une de ses colères subites,  mais finalement il n'est pas si désagréable, sauf avec ses élèves,  il a même de l'humour et,bon sang, qu'il a de beaux yeux ! Jamais vu quelqu'un avec des yeux aussi sombres,  deux lacs insondables.

 

Alors que Snape allongé sur son lit, les bras derrière la nuque repensait lui aussi à la soirée.

-         Drôle de fille, je n'ai jamais rencontré quelqu'un comme elle. Lily était plus posée, mais plus hautaine aussi avec moi. Elle est franche, directe !  Comment a-t-elle dit qu'on la traitait « sac d'os », « chat écorché », charmant ! il voyait en pensées une adolescente maigrichonne. Et quoi d'autre déjà ? « planche à pain » ? Qu'a-t-elle voulu dire par là, planche ?  plate ? PLATE !

Oh ! Il avait enfin compris l'allusion, si peu flatteuse  pour une jeune fille.

«  C'est vrai qu'elle est menue, mais de là à la traiter de planche, ah non, elle n'a rien d'une planche, loin de là !! »

 

 

 

 

 



03/01/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres