Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

Chapitre 15 (B) - confidences ...

      En fin de journée, Lena emmena Severus chez Malvina et Zacharias qui l'accueillirent chaleureusement.

Après le repas, ils abordèrent le sujet de la montée des forces du mal, Severus, confirmant qu'ils allaient tous se mobiliser.

Lena s'inquiéta plus tard, en lui demandant s'il allait encore mettre sa vie en péril.

-         Je ne peux rien te dire, tu le sais bien. Tu dois tout ignorer, sinon c'est ta propre vie qui serait en danger. Je sais que Zacharias te protégera mais pour ce qui me concerne, je ne peux rien dévoiler.

-         Je sais dit Léna, j'ai accepté ta vie, telle qu'elle est.

-       C'est pourquoi j'ai voulu te revoir... plus tard, je ne sais pas si ce sera possible et s'il m'arrivait quelque chose....

-     Tais-toi ! dit Lena brusquement, ne parlons pas de ça. Ne pensons qu'à l'instant présent, que tu sois heureux au moins un petit moment dans ta vie.

-       Tu m'as apporté beaucoup, Lena, plus que tu ne peux imaginer et en échange, je n'ai rien à t'offrir, rien, dit-il d'une voix accablée.

-         Je n'ai jamais rien demandé, Severus.

-      Oui, mais j'espère que tu trouveras quelqu'un, ici dans ton monde, qui t'apportera plus de sécurité et ....

Lena l'interrompit :

-     Une danseuse vit une vie un peu coupée du monde, je ne crois pas que « quelqu'un qui m'apporterait la sécurité » comme tu dis me conviendrait.

-     Si un jour tu as des enfants à élever ?

Lena le regarda attentivement :

-     Je saurai le faire, n'aie crainte, et Malvina et Zacharias seront là pour me soutenir.

 

Appuyée contre l'épaule de Severus, Lena se laissa aller, savourant le bien-être d'être au chaud, blottie dans ses bras. Celui-ci entrelaça ses doigts à ceux de la jeune femme. Voyant qu'elle commençait à somnoler, il lui demanda si elle voulait aller dormir.
Avant de se coucher, elle commença à brosser ses longs cheveux. Fasciné, Severus la regardait et il dit enfin :

-         Puis-je ?

Elle lui tendit la brosse, et il commença à lui brosser les cheveux avec douceur. Ses yeux rencontrèrent dans le miroir ceux interrogateurs de Lena.

-       C'est quelque chose dont je rêvais depuis longtemps, peigner les cheveux d'une femme.

-         Des longs cheveux roux par exemple...

-         LENA ! tu ne vas pas être jalouse de...

-         De ton passé ? non bien sûr , je sais bien que tu as aimé passionnément et je respecte ce souvenir.

-         Le souvenir de Lily est comme une image ancienne, celle de mon enfance, de mon adolescence, les premiers émois amoureux.

-         Tu as idéalisé cet amour pour en garder le plus pur souvenir. Et c'est tout à fait normal :  elle était belle, intelligente et sorcière comme toi, donc tu en as fait ton idéal de femme !!

-     Tu es très clairvoyante, Lena, sûrement plus que moi, mais toi, tu es présente et c'est entièrement différent. J'ai été attiré par toi, dès que je t'ai vu danser.

-         Avouerais-tu un attrait charnel, par hasard, dit Lena malicieusement.

-       Ce n'est pas que ça et tu le sais bien, nous avons aussi été proches par l'esprit, quand tu t'intéressais aux potions, et moi à ta science des plantes, je te l'ai déjà dit tu possèdes un savoir qui m'est étranger.

-         La connaissance ancestrale que donne la Terre-Mère aux femmes.

-       Pas à toutes les femmes, je ne pense pas, à celles qui ont le don d'écouter, et cette connaissance ? le don de soigner, je l'ai vu chez toi et quoi encore ?

-      Le don de comprendre, d'aimer, de donner la vie, il faut savoir être une soeur, une amante, une mère.

-       ena, tu m'apportes tant, soupira-t-il .

Alors, Lena ouvrit les bras pour que Severus vienne s'y blottir.

 

Le lendemain matin, Severus se réveilla comme dans un rêve. Il faisait ce même songe depuis des mois ; depuis qu'il avait pris conscience de  son attirance pour Lena, pour être précis.

Dans son rêve elle passait toute une nuit dans ses bras. Mais ce matin-là il sut que le rêve était devenu réalité. La présence de la jeune femme endormie à côté, lui fit prendre conscience que ce n'était plus du domaine du rêve, Léna dormait réellement dans ses bras, la tête posée sur son épaule, les cheveux épars sur son torse, son souffle léger et paisible caressant sa peau. Le bien-être submergea Severus, qui enfouit sa tête dans la chevelure de la jeune femme, humant son délicieux parfum qui l'avait enchanté la première fois qu'il l'avait respiré dans sa salle de danses.

Peu à peu, les souvenirs de la nuit passée lui revinrent en mémoire et il commença à ne plus trouver si étonnante l'heure tardive de son réveil. Lui habituellement très matinal, il n'avait pas souvenir de s'être levé si tard de toute sa vie. Mais il n'avait jamais vécu une entière nuit d'amour non plus. De telles pensées le firent sourire sans même qu'il s'en rende compte.

 

Un bien beau dessin de Leya illustrant leur amour ...

 

 



03/01/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres