Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

Chapitre 13 (A) - La dernière fête -

Severus fut de correction d'examens pendant les huit jours suivants et Lena passait son temps dans sa salle à répéter sa danse. Elle avait aussi trouvé une belle harpe celtique et s'entraînait à jouer sa ballade. Elle retouchait également une tunique qu'elle voulait porter pour interpréter la fameuse danse. Elle gardait sa porte soigneusement fermée et avait donné comme consigne qu'on ne vienne pas la déranger.

On ne la voyait qu'aux repas où elle arrivait en dernière minute, presque en courant. Le soir elle passait de nouveau des heures à travailler, quelquefois tard dans la nuit avant d'aller s'écrouler sur son lit. Dix jours, c'était peu mais elle voulait que tout soit parfait pour sa dernière prestation. Dernière, cela signifiait qu'elle quittait Poudlard pour repartir dans le monde moldu. Son coeur se serrait à chaque fois qu'elle évoquait cela mais elle chassait ces pensées parasites. L'important était l'échéance prochaine.

 

La dernière fête


"La danse... superbe expression de l'inconscient." B. Mols 
 

Dans la grande salle, les résultats d'examens avaient été annoncés solennellement aux élèves par l'équipe complète des professeurs. Félicitations à ceux qui avaient brillamment réussi leurs BUSE ou leurs ASPIC.

Il y avait bien eu quelques crises de larmes parmi celles qui avaient échoué mais l'atmosphère générale était à la fête.

Dumbledore fit un discours avant le repas, somptueux,  il avait annoncé un divertissement pour clore la soirée.

Lorsque les derniers desserts eurent été engloutis, les élèves furent priés de se regrouper à la périphérie de la salle. Les tables disparurent et à la place des chaises se placèrent tout autour où les élèves purent prendre place.

Le temps que tout le monde soit installé, les professeurs se groupèrent sur l'estrade et le directeur annonça :

-         Maintenant, c'est le moment de nous réjouir tous et nous commencerons par de la musique.

La harpe apparut et Lena entra portant la robe de velours ambré qu'elle avait le soir du bal, ses cheveux retombant en boucles soyeuses dans son dos.

Elle salua et s'installa devant l'instrument avant d'annoncer à haute voix « je vais vous interpréter une ballade irlandaise, que je dédie à notre directeur ».

Elle plaça ses mains sur les cordes et la mélodie s'égrena note après note, en arpège, fluide, nostalgique. Un air qui emportait vers d'autres lieux, qui évoquait l'île verte, la belle Erin, qui parlait des légendes :

 

« Brighid's Kiss »

 

The harsh dark winter comes

Cutting with its sharpness

But on Brighid's day

Ireland'spring is near.

 

Brighid of the sunrise, rising in the morning

Rising with the springtime, greening on the land

See you in the soft cloud,

See you in the raindrop,

See you in the winds of change

Blooming trough the land.

 

Lorsqu'elle plaqua ses doigts  sur les cordes pour faire cesser leur vibration, la salle vibra sous les acclamations.

Dumbledore essuya furtivement une larme :

-         Cette mélodie est tellement belle et émouvante , confia-t-il à Minerva placée à côté de lui.

Il aurait aimé remercier Lena, mais elle sortait déjà de la salle pour se préparer pour sa danse.

Il prit la parole de nouveau :

-         En attendant une autre prestation de danse cette fois, nous allons écouter les élèves de Poufsouffle qui vont nous chanter quelque chose, n'est-ce pas, Pomona ?

Un groupe d'élèves se groupa et ils entamèrent un chant très gai et très humoristique qui raillait les travers de Poudlard : depuis les exploits de Peeves, en passant par les gémissements de Mimi, ou les miaulements grinçants de Miss Teigne. Tout le monde éclata de rire, car c'était infiniment comique, les élèves mimant en même temps les personnages.

Un torrent d'applaudissements salua les élèves de Poufsouffle.

 

********

Puis, les lumières se firent plus douces et une mélodie se fit entendre,  un peu comme un bruissement du vent dans les branches, une flûte entama un thème et les instruments le reprirent en l'enjolivant , Lena entra à petits pas légers,  elle portait une tunique de voiles en dégradés pastels, ses cheveux flottaient retenus par un cercle orné d'une pierre sur le front.

Elle se haussa sur la pointe des pieds, chaussée de chaussons de danse classique cette fois.

Quand elle bougeait, les voiles se déployaient dans son dos, formant deux sortes d'ailes.

La danse était à la fois empreinte de légèreté surtout lorsqu'elle traversait l'espace en un grand jeté, planant au-dessus du sol, les deux jambes parfaitement tendues, mais aussi c'était une danse sensuelle, des geste d'invite, des bras caressants, la danse d'une fée séduisant les humains pour les entraîner dans une ronde mortelle, dans des pirouettes exécutées à une vitesse surprenante. Pour finalement s'arrêter net au milieu de la salle, dressée sur les pointes, arrogante, la tête fièrement dressée, le bras tendu devant elle comme si elle voulait repousser le misérable humain qui était venu la contempler.

 

Severus, depuis le début de la danse était en plein tourments - qu'elle ait choisi ce thème -  la silhouette de Lena, ses gestes sûrs mais envoûtants, un flot d'émotions le broyait, bouleversé émotionnellement et physiquement car la tunique légère voletait autour de jambes parfaitement modelées, du corps menu. Il s'efforçait de garder le contrôle de lui-même mais chaque geste d'invite le mettait au supplice comme si elle avait dansé pour le séduire. Il enfonça ses ongles dans les paumes de ses mains. "Par Merlin, reprends-toi, reprends-toi"... mais tout lui échappait, il aurait voulu courir, la prendre dans ses bras et l'emporter loin de tous ces regards, la garder juste pour lui.

 

Dumbledore fit signe à Lena de venir les rejoindre, elle arriva un peu haletante. Il alla vers elle et l'embrassa sur les deux joues en la félicitant,  puis ce fut le tour de Minerva McGonagall, la directrice de Gryffondor et ensuite tous les professeurs voulaient également l'embrasser. Lena, radieuse, se prêtait au jeu, elle se rapprochait de la place où se trouvait Severus, elle était si proche, ses cheveux mouillés par la transpiration, de fines gouttes piégées sur son cou et ses épaules... "Oh Merlin aide-moi", pria-t-il intérieurement.

Elle l'avait bien vu, l'homme noir, rigide, figé, et pensait en elle-même « il est furieux contre moi d'avoir choisi ce thème de la fée », alors elle glissa rapidement devant lui, tendant furtivement sa joue qu'il effleura à peine de ses lèvres , son parfum l'assaillait. Elle se pencha vers le minuscule professeur Flitwick pour lui plaquer deux gros bisous sur les joues, ce qui le fit devenir tout rouge  (il était connu pour être émotif).

Severus se sentit très mal tout le temps où on garda Lena pour la congratuler chaleureusement. Il souffrait de son corps, de sa mâchoire trop crispés.

Lena réussit  enfin à échapper aux embrassades et aux verres qu'on voulait lui faire boire, elle riait aux éclats, un peu provocante, pensa Severus, mais si belle.

 

très belle illustration de la danse de la fée de Lena par Leya

 

 

 



03/01/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres