Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

Chapitre 13 (B) : explications

      Lena, le lendemain se réveilla tard, car elle s'était couchée dans la nuit et avait peu dormi. Quelque chose la tracassait : l'air si sombre de Severus - tiens il porte bien son prénom !

Je n'y comprends rien, il y a une semaine il ne cessait de m'appeler sa « petite fée » et quand je lui offre ce qu'il veut, il devient furieux ! Mais comment déchiffrer cet homme ! J'y renonce ; de toutes façons, je quitte Poudlard.

Mais quand même, il doit m'expliquer, je veux savoir avant de partir !! et s'il entre dans une de ses colères noires ?  je  fuirai,  pas question d'une autre horrible dispute, ah non !

 

Lena laissa passer la matinée et dans l'après-midi, elle alla frapper au bureau de Snape. Pas de réponse. Elle remontait les escaliers, renonçant à cette visite, allait prendre un couloir pour revenir dans le hall, quand une silhouette se découpa dans le couloir de gauche, menant aux appartements de Severus.

 

Ils restèrent interdits tous les deux puis il demanda de sa voix grave :

-         Vous venez de mon bureau ?

-         Oui, mais vous n'y étiez pas, dit-elle platement

-         Normal, puisque je suis ici, répondit-il sarcastique.

« Aïe .. mal parti » pensa Lena

-         Vous vouliez me parler ?

-         Ah oui, en effet

-        Et bien, venez ! il rebroussa chemin se dirigeant vers la porte de ses appartements. Il ouvrit, s'effaça pour la laisser entrer.

-         Asseyez-vous, dit-il d'un ton neutre.

Mais Lena n'en avait pas envie. Elle fit face à Severus et attaqua d'emblée :

-         Pourquoi étiez-vous si fâché hier ? ma danse vous a déplu, je l'ai vu.

Il fit un signe de dénégation.

-         Mais si, je vous voyais bien, votre air réprobateur, j'avais choisi cette chorégraphie, pour vous !

-         Je sais bien dit-il doucement

-         Mais alors, qu'est-ce qui vous a choqué ? vous étiez le seul à me foudroyer du regard,  mais enfin c'est insupportable !! son ton montait dans l'aigu .

-         LENA ! STOP ! écoute-moi ! il l'attrapa par les deux bras, la secouant presque. Si j'étais figé comme tu dis, c'était pour m'empêcher devant tout le monde, de t'arracher ta tunique, de t'emporter  ; cette danse était si sensuelle, tu étais si belle, si désirable et moi je ne suis qu'un homme même si tu penses que je me maîtrise toujours, c'est FAUX !

Lena était interdite, elle ne savait plus que dire, elle s'attendait si peu à ça.

-         Je n'aurais pas du créer cette chorégraphie, alors, dit-elle au bord des larmes.

-      Si, c'était magnifique, remarquable... mais elle traduisait tout ce que je ressens, c'était trop d'émotions d'un coup. J'avais l'impression que tu dévoilais toutes mes pensées les plus intimes et j'étais là essayant de me calmer.  Il ouvrit ses mains, où on voyait les traces rouges laissées par ses ongles dans ses paumes.

Lena n'osa pas y poser ses lèvres, après ce qu'il venait de dire. Elle caressa seulement de ses doigts les marques.

-        Si j'avais su... la prochaine fois, je porterai une robe bien ample, une sorte de sac !

Severus émit un petit rire :

-         Même dans un sac, je pourrai t'imaginer maintenant, dit-il de sa voix chaude et grave.

Lena s'empourpra.

-         Bon, dit-elle piteusement, je vais vous laisser.

-         Tu pars ? Lena tu m'en veux d'avoir dit tout cela ?

-         Non, je ne vous en veux pas... mais...

-         Mais quoi ? tu étais plus confiante, plus proche de moi l'autre jour.

-         Evidemment, vous m'aviez fait boire, dit-elle taquine

-         Tu veux encore du vin des elfes ?

-         Vous voulez m'enivrer jusqu'à quel point dit-elle en le fixant droit dans les yeux.

Il soutint son regard :

-        Primo, je ne cherche pas à te faire perdre la tête, secundo, je n'ai pas d'arrières pensées malsaines comme tu as l'air de le supposer.

-         C'est bien, alors causons tranquillement ?

-      Si tu veux , d'ailleurs je voulais savoir ce que tu allais faire maintenant. Viens t'asseoir.

Ils s'installèrent confortablement, car un deuxième fauteuil plus petit était apparu à côté de celui de Severus, nota Lena

-         Tu vas bientôt quitter Poudlard, as-tu des projets ? son ton se voulait détaché.

-         Oui, j'ai gagné un bon petit pécule ici et Dumbledore, enfin je veux dire Monsieur le Directeur, n'a jamais voulu que je paie le semestre de cours  alors ça va me permettre d'ouvrir une école de danse, oh modeste ! Malvina a trouvé une petite salle à louer et j'aurai de jeunes élèves.

-         Ca te permettra de vivre ?

-       Tant que j'habite chez mes parents adoptifs, pas de problème et plus tard, on verra.

-         Tu n'aurais pas aimé reprendre la boutique de ton père ?

-         Impossible ! je n'ai aucune compétence.

-         Tu as beaucoup de connaissances en plantes, je trouve.

-        Oh, mais c'est à peine un dixième de ce qu'il faut savoir, imaginez que je me trompe et que j'empoisonne quelqu'un ! Vous savez bien vous-même ce qu'on risque avec une potion ratée.

-         Exact, tu as raison. Il resta silencieux et ce fut Lena qui interrogea.

-         Et vous ? que ferez-vous pendant les vacances d'été ?  vous rendrez-vous dans votre maison  à....

-      Spinner's end ? oui sans doute. C'est un endroit sordide mais j'y suis seul, je peux me consacrer à mes travaux de recherche.

-         La recherche ? c'est ce que vous aimeriez faire, je veux dire si vous n'étiez pas obligé d'enseigner ?

-         Si j'avais le choix, c'est certain. Tu ne trouves pas fastidieux l'enseignement ?

-      Non, pas encore, du moins. Plus tard, peut-être ?  vos travaux de recherche des potions, j'espère que vous ne les testez pas directement sur vous-même ? dit Lena soudain inquiète.

-         Pourquoi ?  ça t'ennuierait si je disparaissais ?

Lena lui jeta un regard courroucé, un de ceux qu'il aurait pu jeter lui-même.

-         A priori oui, dit-il avec un demi-sourire.

-         Ne plaisantez pas avec ça s'il vous plait ! s'exclama-t-elle.

-        Promis ! ne te fâche pas, dit-il doucement, il ne nous reste pas beaucoup de temps à être ensemble, on ne va pas se disputer encore ?

-        Severus, quand vous serez à Spinners' end ? vous pourrez venir me rendre visite ?

- Silence -

-         Vous savez mes parents adoptifs sont très accueillants et Zacharias est très érudit, vous aimeriez échanger avec lui, j'en suis sure et vous pourriez ...

-         Et TOI  Lena ? est-ce que TU aurais envie de me voir ?

-         Oui, oui, vraiment je le voudrais...

-         Alors, on fera en sorte de trouver un moment pour nous rencontrer, dit-il simplement.

-        Ce qui serait bien, c'est que vous veniez dans le cottage de mes parents, dans les Costwolds, c'est tellement plaisant. Malvina a fait pousser des fleurs partout dans le jardin et ... oh, je suis bête, vous vous en fichez des fleurs, vous. Je vous inviterais dans un cachot de la Tour de Londres vous seriez tout aussi heureux, dit Lena d'un ton amer... l'homme de l'ombre.

-        C'est la vie qui m'a façonné tel que je suis, Lena, mais ça ne veut pas dire que j'ai toujours été ainsi. Si, j'aime les fleurs, j'aime la musique, j'aime la poésie, et j'aime ... les petites fées qui dansent.

Lena leva les yeux vers Severus et lut beaucoup de tendresse dans ses prunelles sombres qui d'habitude jetaient des regards à vous glacer, c'en était d'autant plus troublant.

-         Severus...

-         Viens ! dit-il en lui tendant les bras.

Elle se leva et alla se blottir contre lui, retrouvant la chaleur, la sécurité de son étreinte. De nouveau leurs lèvres se cherchèrent mais ce baiser était plus doux, plus tendre, un partage émotionnel.

Ils restèrent ainsi blottis l'un près de l'autre, échangeant plus de tendresse que de passion.

-         Quand pars-tu ? chuchota Severus

-         Après demain, dit Lena faiblement.

-         Ma petite Lena me manquera dit-il tristement

-         Tu me manqueras aussi.

-         L'homme noir au nez crochu ??

Elle suivit du bout des doigts son profil :

-         Je m'en fiche, moi, ce n'est pas ça qui est important.

-         Quoi alors ?

-         Ce qu'il y a là-dedans, dit-elle en lui touchant le front

-         Où là-dedans, dit-il en mettant un doigt sur son coeur.

 

Lena ne voulait pas laisser les sentiments de tristesse les envahir tous les deux, elle essaya de plaisanter :

-         Tu n'oublieras pas, une cuillerée de « félicitas » chaque matin !!

-         Tu crois que ça me rendra heureux ?

-         J'espère bien !

-         Ce qui me rendrait heureux, ce serait une cuillerée de Lena chaque matin !

-         Tu peux avoir tout, tout de suite si tu veux.

-         Que veux-tu dire ? dit-il en plongeant son regard dans le sien.

-         Que je peux être à toi, si tu le veux.

Il fronça les sourcils :

-         Mais je ne le veux pas, dit-il gravement

-         Je croyais... dit Lena perplexe

-         Que je te désirais ? je ne le nie pas, ce n'est pas une raison pour m'offrir ce que JE souhaite. Te rends-tu compte que depuis plusieurs semaines tu fais tout pour que JE sois heureux, et toi, tu as pensé à TOI ?

-         Qu'importe...

-       Comment ça qu'importe ? mais tu m'es très précieuse et crois-tu que je serais fier de te prendre là maintenant, pour satisfaire mes désirs ? ce n'est pas ça qui est important Lena. Tu l'as dit tout à l'heure, c'est ce que nous avons dans notre esprit et dans notre coeur. Tu ne me connais pas encore assez bien, il y a trop de zones d'ombre autour de moi et je n'ai pas envie de t'y entraîner, toi qui es pleine de lumière. De plus dit-il, je ne crois pas que tu sois prête -  tu aurais dû faire des efforts pour te donner à moi !

-         Je les aurai fait, dit-elle bravement

-    Je n'en doute pas, tu es courageuse, mais je ne prends pas les femmes de force ! je l'ai vu faire du temps des Mangemorts, c'est horrible et crois-moi ça fait partie de mes pires cauchemars.

Il garda le silence un instant et ajouta :

-   Lena, je crois que nous sommes en train de trouver un lien qui se tisse doucement entre nous, alors laissons-lui le temps de s'étoffer.

 

Un baiser passionné ! ( oeuvre de Leya )

 



03/01/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres