Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

Chapitre 10 - l'essence de menthe

Les cours avaient repris. Le professeur Snape essayait de rattraper le temps passé à l'infirmerie, du coup les élèves croulaient sous une masse de devoirs ; mais au moins il avait cessé de les harceler en classe. Il restait la plupart du temps assis à son bureau, silencieux, pendant qu'ils préparaient les potions indiquées ; résultat : moins stressés, il y avait beaucoup moins de potions ratées.

Le jeudi Lena devait avoir son deuxième cours particulier de la semaine. Elle espérait être moins crispée et ne pas réitérer la catastrophe de la dernière fois.

-  Je dois me détendre - elle alla faire des étirements avant de se rendre à son cours. Elle trouvait toujours cela souverain pour détendre ses muscles tendus.

Elle arriva beaucoup plus sereine.

 

Un appareil compliqué était posé sur la table, qui lui rappelait vaguement un alambic.

Lena regarda son professeur d'un air interrogateur.

-        J'ai pensé qu'on pourrait distiller cette fameuse essence de menthe, dit-il avec un demi-sourire, et il désigna un panier empli de feuilles séchées.

-         Excellente idée,  que dois-je faire ?

-       Il faut tasser les feuilles dans cette cuve emplie d'esprit éthylique,  mais vous connaissez sans doute le principe.

-         Oui, même si cet appareil est différent..

Lena exécuta minutieusement sa tâche et bientôt l'alambic chauffé commença à gargouiller, siffler pendant que les vapeurs passaient dans les tubulures.

Ils surveillaient le degré de chauffe, les niveaux, attendant les premières gouttes blanches parfumées qui tombèrent dans un récipient en verre.

Gouttes à gouttes au début, puis un petit filet de liquide à forte odeur de menthe emplissait peu à peu le flacon.

-       Il faudra le mélanger à une part d'huile pure afin d'obtenir un produit utilisable dit Lena

-        Vous saurez faire cela ? demanda-t-il d'un air dubitatif.

-        Oui, je saurai, elle paraissait sûre de ses connaissances.

 

 Il faisait très chaud dans le bureau et les vapeurs éthyliques étaient entêtantes.

Snape porta la main à ses tempes de nouveau, une violente migraine taraudait son crâne.

-      Vous ne vous sentez pas bien ?  - Son professeur semblait souffrir, le visage crispé - Puis-je vous aider ? s'enquit Léna

-    S'il vous plait, éteignez tout, je dois quitter ce bureau... il parlait entre ses dents serrées.

Lena exécuta ce qu'il lui avait demandé.

-       Bien, sortons, c'est irrespirable ici, dit-il d'une voix hachée. Il vacillait légèrement.

Lena alla vers lui :

-         Appuyez-vous sur moi, n'ayez pas peur, je suis beaucoup plus solide que j'en ai l'air.

Il passa un bras sur les épaules de la jeune fille et ils sortirent dans le couloir.

-         Où sont vos appartements? je vais vous y conduire.

-         Au-dessus,  bredouilla-t-il les dents serrées, taraudé par la douleur. 

Ils empruntèrent l'escalier, gravissant péniblement les marches car Severus marchait avec difficultés. Un étage au-dessus, il indiqua du doigt un couloir puis s'arrêta devant une porte en chêne.

-        Ici,  dit-il en tirant sa baguette d'une main tremblante pour déverrouiller la porte.

Une très grande pièce où un lit à baldaquin était à gauche. Les murs étaient tapissés d'étagères chargées de livres reliés en cuir noir ou fauve. Une table et des chaises, un fauteuil près de la cheminée composait le mobilier.

Lena l'aida à s'asseoir sur le lit. Il était livide.

-     Je vais aller vous préparer une tisane,  mettez-vous au lit, je ne serai pas longue.

Il acquiesça d'un signe de tête, incapable de proférer un son.

Lena ressortit en courant, gravit les escaliers quatre à quatre, s'engouffra dans les couloirs qui menaient dans l'aile où se trouvait sa chambre,  elle volait et ne rencontra aucun élève,  ils étaient à cette heure en train de dîner au réfectoire.

Dans sa chambre, elle fit rapidement bouillir de l'eau, prépara les ingrédients pour sa tisane, n'oubliant pas d'ajouter un peu de décoction de pavot qui l'aiderait à dormir.

Tenant sa tisanière contre elle, elle repartit sans courir cette fois de peur de renverser le précieux liquide. Elle retrouva le couloir et la porte de l'appartement, frappa. Une voix faible lui intima d'entrer.

Il était en effet dans son lit, très pâle.

-       Vous souffrez toujours autant ? s'enquit-elle

-       Un peu moins,  mais je ne me sens pas bien.

-     Vous allez boire ma tisane, cela évitera les sensations nauséeuses et vous aidera à trouver le sommeil.

Elle versa la tisane dans une tasse et l'approcha des lèvres de Severus. Elle dut l'aider à se redresser pour boire à petites gorgées. Il retomba sur ses oreillers, il semblait épuisé. De fines gouttes de sueur perlaient à son front.

Lena chercha la salle de bains des yeux  - Une petite porte y menait. Elle se saisit d'une serviette, l'humecta et revint près du lit. Elle écarta doucement  les mèches épaisses de cheveux noirs et tamponna son front de la serviette fraîche. Un soupir de soulagement s'échappa des lèvres de Snape. Puis, elle posa sa main sur son front, jusqu'à ce qu'elle sente que le sommeil le gagnait. Avant de sombrer, il agrippa la main de Lena, la serra comme s'il voulait s'accrocher à quelque chose de rassurant. Finalement, la pression se relâcha ; Lena entendit son souffle régulier, il s'était endormi. Elle remonta la courte pointe sur son corps amaigri, dans un geste maternel. Lorsqu'elle fut sûre qu'il dormait profondément (effet du pavot) elle quitta la pièce sur la pointe des pieds.

 

Severus se réveilla au petit matin, il avait soif. Il se leva et vit sur la table la tisanière et la tasse, un vague souvenir lui revenait. Il n'avait donc pas rêvé de sa mère qui aurait pris soin de lui, c'était Lena qui s'en était occupé hier soir. Il se souvenait de sa main fraîche, apaisante, du goût du liquide qu'elle lui avait fait boire au parfum de verveine, de romarin, d'où tirait-elle toute cette sagesse ancestrale, elle si jeune ?

A part le jour où elle s'était emportée ayant perdu tout contrôle d'elle-même, généralement elle était patiente, attentive, méticuleuse et pourtant débordante d'énergie et de vitalité aussi. Il y avait une énigme chez Lena, et rien ne passionnait plus Severus que résoudre des énigmes.

 

Cette fois l'illustration est de moi... aux pastels

 

 



03/01/2016
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres