Sortilèges et enchantement

Sortilèges et enchantement

Les dames Vertes

Les Vertes ont d'abord été des Fées dans les bois avant de devenir Belles Dames "dans le château des contes" ; puis après bien des histoires sont redevenues Fées. Toutes les filles Vertes ont vu le jour en même temps : avant de devenir Nymphae, Dialen, Dives, Campestres, Junones, Sylviae, Fentha, Wilden Fraülein, les Fées forestières et Vertes Amantes ont pour origine cet embryon de chaire végétale encore enduit de sève que l'esprit de l'aube anima .... Elles viennent de la fleur, de la mousse, glissent du feuillage, émergent des fougères, germent de l'éclatement des corolles sauvages ; de tous les coins des sous-bois se rassemblent, se touchent, se connaissent, se choississent. Les couleurs, les préférences, les particularités, les mâles les sépareront ensuite.
Les Vertes sont très petites, pas plus hautes que la tige d'une fleur, qu'un brin d'herbe, certaines sont si petites qu'elles disparaissent dans le plumetis des mousses.
Il est difficile aujourd'hui de décrire une Dame Verte, fille de Flore et de Lumière. On peut la voir comme la nymphe antique qu'elle fut : la vierge sauvage  jaspée de lierre, des monnaies d'or de l'acacia, ou bien sous l'ombre voilée d'une jadelaine.
Les Dames Vertes ne doivent pas leur nom à la couleur de leur peau mais à celle de leur toilettes : robes, tuniques, voiles, capuchons, jupons, chausses, chaussons.. leur robe s'harmonise avec toutes les nuances du vert. Les plus nobles sont coiffées d'un chapeau rouge, les plus petites d'un chapeau de digitale.
Il en existe un peu partout dans l'Univers sous différents noms. On affirmait qu'il y en avait, autrefois dans les forêts septentrionales, autant que de feuilles sur les arbres. On les rencontre aussi là où il y a des fleurs, elles se nichent au fond d'un puits ou au bord d'un lac. On les trouve près des châteaux, dans les paisibles cimetières herbus en Angleterre...
De quoi se nourrissent les Dames Vertes : de suc des plantes, de rosée.
Souvent aux Dames Vertes on attribue les activités des Dames Blanches avec qui elles échangeaient leur garde-robe pour courir les chemins. La Dame Verte de Clairfayts pleure au bord de l'étang lorsque quelqu'un va bientôt s'y noyer. Elles viennent aussi filer la nuit près des cheminées ou gardent des trésors.



05/08/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres